Traditions

Les rituels, fêtes

et pratiques Bouddhistes

 


Il existe un très grand nombre de rituels et de pratiques et de fêtes liées aux différentes formes de Bouddhisme. Il n’est certainement pas nécessaire de chercher à les analyser toutes ici, mais il pourrait être utile d’en connaître aux moins les principales.


Les grandes étapes de la vie religieuse Bouddhiste :


La naissance.

Le bébé reçoit du moine un "racusu", petits morceaux de tissus usagés, symbole de la métamorphose entre ce qui est souillé et ce qui est en éveil.


L'enfance

Au cours d'une cérémonie rituelle, le "Jukaï", sorte d'ordination laïque, l'enfant reçoit les trois préceptes purs (renoncer au mal, faire le bien, faire le bien pour les autres) et les dix préceptes fondamentaux.

Le mariage

Sans fondement religieux, il peut  toutefois être accompagné d'une béné­diction. Par exemple, dans la communauté zen, l'officiant prie pour que la lumière de Bouddha éclaire les esprits et purifie les corps et les esprits des époux.

La mort

Elle est au cœur de la vie car pour bien vivre il faut apprendre à mourir. Il n'existe pas d'éternité ni de résurrection mais des renaissances succes­sives jusqu'à l'état de Bouddha, fin des transmigrations. Les bouddhistes pratiquent la crémation.

 

Les pratiques de la vie quotidienne :


La prière

Elle développe une attitude d'ouverture à l'éveil. Elle comprend des attitudes de vénération, des offrandes de fleurs, des chants de louanges, des lectures de textes sacrés et surtout des méditations.

La famille

Elle est le lieu privilégié de la prière. Récitation du Bussho Kapila pendant les repas. L’éducation des enfants par la famille est primordiale pour les amener, puisque l’ignorance est l’équivalent d’un péché capital pour un chrétien.

Les lieux de culte

Evidement les temples ou le "dojo" qui est une salle de méditation mais aussi la maison où est installé un autel ou simplement une représentation du Bouddha, et pour finir la nature qui est alors considérée comme temple.


Les principales fêtes Bouddhiste :


Vesak ou jour du Bouddha

On y commémore pendant la même fête, à la fois la naissance l'éveil et la mort de Bouddha. Cette fête est célébrée à la première pleine lune de l'année Bouddhiste. puisque la pleine lune symbolise le renouveau.

Losar, le nouvel an Tibétain  (en février)

La célébration du jour de l'an au Potala est connue sous le nom de Lama Losar qui signifie le nouvel an des Lama car, beaucoup d'activités de la journée sont consacrées aux affaires religieuses. C'est ce jour-là que les grands dignitaires des différentes traditions monastiques viennent présenter leurs vœux à Sa Sainteté le Dalai Lama.

Nouvel an khmer

On fête le Nouvel An Khmer en avril. C'est la plus grande fête religieuse et traditionnelle du Cambodge. On décore la maison de fleurs et de guirlandes, électriques multicolores. On porte de beaux vêtements traditionnels et on va à la pagode pour des offrandes aux bonzes en souhaitant les meilleurs vœux pour les vivants et les morts (les ancêtres). On fait des cadeaux aux parents et on invite les amis et les voisins pour le repas.

Pimaï, le nouvel an Laotien

Pour célébrer cette fête importante, on fait un grand ménage dans toute la maison, on met des vêtements neufs et on asperge d'eau lustrale les effigies du Bouddha. On se rend également aux temples pour prier pour la santé et la prospérité et faire des offrandes