Le Dharma

Les préceptes de vie

 

 

Ces préceptes de vie correspondent à la « śīla » de l’Octuple Chemin (traduire par la moralité ou, l'éthique juste) qui se décline en trois points : la Parole Juste, l’Action Juste et les Moyens d’existence Juste. C’est aussi une référence à la dernière des Quatre Vérité.
 

Voici une belle formulation des préceptes de vie


Je m'efforcerai d'observer le précepte de Bienveillance,
Je m'abstiendrai de retirer la vie ou de nuire à toute créature sensible.
Je m'efforcerai à empêcher la souffrance de tous les êtres sensibles.
Avec des actions bienveillantes, je purifie mon corps.

Je m'efforcerai d'observer le précepte de Générosité,
Je m'abstiendrai de voler et de prendre ce qui n’est pas donné.
Je m'efforcerai à partager mon temps, mon énergie et mes ressources.
Avec une générosité sans réserve, je purifie mon corps,

Je m'efforcerai d'observer le précepte de Contentement,
Je m'abstiendrai d'excès dans les plaisirs des sens.
Je m'efforcerai à garder la maîtrise de mes sens et de mon esprit
Avec calme, simplicité et contentement, je purifie mon corps,

Je m'efforcerai d'observer le précepte du Discours Raisonné,
Je m'abstiendrai d’user de paroles fausses, mensongères ou nuisibles.
Je m'efforcerai à ne prononcer que des paroles vraies, utiles, bienveillantes.
Avec une communication véritable, je purifie ma parole.

Je m'efforcerai d'observer le précepte de la Consommation Raisonnée,
je m'abstiendrai d’utiliser des substances nocives pour moi-même, pour les autre ou pour l'environnement.
Je m'efforcerai à bien utiliser les ressources partagées par tous et à protéger de mon mieux la nature.
Avec une attention claire et radieuse, je purifie mon esprit.

 

Cette formulation est ma synthèse personnelle des multiples versions que j’ai réussi à trouver, j'ai aussi essayé d’obtenir un texte adapté au monde occidental moderne. Chaque précepte s’explique plus clairement grâce a son annonce suivie d'une phrase qui indique ce que nous devons éviter, puis la partie positive qui indique ce que nous devrions faire. La fin est une sorte de prière pour nous encourager.


Bertrand

 
La plupart des écrits les résument en cinq points, ce sont les préceptes que chaque bouddhiste devrait s’évertuer à respecter. Plusieurs versions de ces préceptes se retrouvent dans les textes canoniques (par exemple le Kutadana Sutta, dans le Digha-Nikaya). Ces préceptes, ne sont pas des règles absolues mais des guides de comportement éthique.
 

Dalai Lama

 
Selon la formulation certains préceptes sont quelquefois subdivisés en de nombreux points, par exemple pour les moines le nombre total peut dépasser le chiffre de 200 et dépend évidement de leur ordre monastique. L'application de certains d'entre eux varie sensiblement selon les traditions.


La Confession

 

Pour les Bouddhiste il existe aussi une forme de confession, mais il ne s’agit pas de la confession en sens ou l’entendent les Chrétiens, parce le Bouddha n’a pas donné de « commandements » auxquels l’on pourrait désobéir, il ne peut donc pas vraiment exister une notion de péchés dans le sens Chrétien ! L’enseignement de Bouddha nous apprend que chacun est responsable de ses actes et doit en assumer les conséquences (Le Dharma), par contre chacun devrait chercher à  améliorer son Karma et la confession peut alors être un moyen efficace. Mais il n’est pas vraiment question de pardonner les fautes commises, il s’agit plutôt d’une forme de repentir des fautes commises et la promesse de ne pas les reproduire, et surtout de chercher à se corriger.

La confession Bouddhiste ressemble plus à une sorte d’hygiène de l’esprit, pourquoi se lave-t-on le corps tous les jours mais pas l'esprit ?

Si l'on veut avancer sur la voie de l'éveil et de la libération, il faut de la même façon nettoyer son esprit régulièrement grâce à la « confession ». celle-ci peut se faire de façon individuelle ou collective, avec ou sans l’aide d’un guide spirituel, elle peut se réaliser au temple ou chez soi. Il est souvent recommandé de la pratiquer avant une séance de méditation, mais même cela n’est pas une nécessité, il faut juste le faire régulièrement.

En fait, Il suffit de prendre un moment dans la journée, de s'assoir tranquillement en examinant, à la lumière des préceptes de vie Bouddhistes, nos récentes actions corporelles, verbales et mentales. Si l'on voit des fautes, il faut immédiatement se « confesser », c'est-à-dire les analyser et chercher comment on aurait pu les éviter. L’objectif est toujours de ne pas reproduire encore une fois la même faute et de faire ainsi un pas de plus vers la perfection de Bouddha. (C’est aussi un très bon travail d’autoanalyse).

La petite histoire suivante en donne une bonne explication :

Autrefois, un grand sage mit deux pots dans son bureau. Chaque fois qu'il fit une mauvaise action, il plaça un grain de pois noir dans un pot, et il plaça un grain de pois blanc dans l'autre s'il fit une bonne action. Dans les premiers jours, les grains noirs étaient plus nombreux, après un certain temps, ces deux sortes de grain avaient la même quantité, et puis les grains blancs étaient de plus en plus nombreux et finalement il n'y avait plus que des grains blancs. Ce sage est devenu Parfait !