Le Dharma

Les poisons

de l’esprit

 

 

La seconde des Quatre nobles Vérités résume ce que le bouddhisme considère être les poisons de l’esprit.

 

Selon le Bouddha, les causes de la souffrance humaine peuvent être trouvées dans l'incapacité à voir correctement la réalité. Cette ignorance, et les illusions qu'elle entraîne, conduisent à l'avidité, au désir de posséder davantage que les autres, à l'attachement et à la haine pour des personnes ou des choses, ce sont les poisons de l’esprit.

 

La plupart des écrits énoncent trois poisons :

  • Avidité ou Soif (trishnâ.) : Il s'agit de la fièvre de la convoitise insatiable, par opposition à la paix de l’esprit (upekhā, santi). La soif est associée à la complaisance (nandï), à l'attachement (rāga) et à l'habitude récurrente (upasevanà). La soif est le désir de posséder encore et encore.

  • Colère ou Aversion : Dans le bouddhisme, la colère est un concept fondamental. Cette colère est décrite comme un voile qui nous empêche de voir la réalité. Elle induit les passions et cause les renaissances.

  • Ignorance ou Indifférence, (l'avidyā) : Dans le bouddhisme, l'ignorance est un concept fondamental. Elle est aussi décrite comme un voile qui cache la vérité. Elle induit la souffrance et cause renaissances.

Certaines écoles en énoncent encore deux autres :

  • La jalousie est une émotion empreinte d'agressivité qui est la conséquence de la peur de perdre l'être aimé ou l'exclusivité de son amour, au profit d'une autre personne. La jalousie ne doit pas être confondue avec l'envie. La jalousie est exclusivement amoureuse et souvent apparentée à la possession et à la haine c'est ce qui en fait sa violence.

  • L'orgueil est une opinion très avantageuse, le plus souvent exagérée, que l'on a de sa valeur personnelle aux dépens de la considération due à autrui, à la différence de la fierté qui n'a nul besoin de se mesurer à l'autre ni de le rabaisser. C’est un manque ou absence d'humilité.