Le Dharma

Les Quatre

Nobles Vérités

 

 

Lors de son premier sermon à Bénarès en Inde le Bouddha annonce la Voie Juste, (ou la Voie du Milieu) à ses anciens partenaires en quête de libération. Il énonce alors les Quatre Nobles Vérités, qui définissent en très peu de mots ce qu'il est essentiel de savoir pour un bouddhiste pour suivre la Voie du Milieu.

Selon la légende, après de longues années de recherches infructueuses, la simple écoute de ce sermon a permis à ses partenaires de s’éveiller.

Le Bouddha fait dans ce sermon un vrai diagnostique de médecin qui identifie d’abord les symptômes puis la maladie correspondante, il donne ensuite au malade un remède et pour finir la cure pour le guérir définitivement et éviter une rechute.

Les Quatre Nobles Vérités énoncent le problème de l'existence, son origine, son diagnostic et finalement le traitement jugé adéquat :

La vérité de la souffrance (le problème)  :

Toute vie implique la souffrance, l'insatisfaction, parce que le monde n’est pas parfait, les choses ne sont jamais conformes à nos souhaits, tout est passager parce que la vie implique l’impermanence, et même la mort.


•  la vérité de l'origine de la souffrance (Le diagnostic) :

L’impossibilité de comprendre le monde et nous-mêmes grâce à nos sens imparfaits produit l’incompréhension, cette incompréhension est à l’origine de désirs qui ne peuvent être assouvis et d’attachements irrationnels, ce qui brouille encore plus notre compréhension.

la vérité de la cessation de la souffrance (Le remède) :

La fin de la souffrance est possible en se débarrassant des désirs inassouvis, des attachements irrationnels grâce à une compréhension plus juste de nous même, de notre monde, de l’impermanence, de la vacuité (ou l’interdépendance).

la vérité du chemin (Le traitement) :

Il faut donc faire un effort permanent pour améliorer notre compréhension du monde et de nous-mêmes, et apprendre à penser, à agir en fonction de cette meilleure compréhension (C’est la voie médiane, ou Voie du Milieu qui suit le noble sentier octuple.)

Pour se tourner vers l’éveil, il est nécessaire de reconnaître cette souffrance et ses facettes qui touchent tous les êtres. Dès lors qu’on reconnaît vraiment cette souffrance omniprésente, on vient naturellement à chercher ses origines et sa cessation et donc le chemin qui y mène.



La conque tibétaine symbolise « le son qui réveille »
En clair, l’enseignement du Bouddha

   


Le sermon de Bénarès

Le premier enseignement du Bouddha


"Voici en vérité, ô moines, la Noble Vérité sur la souffrance : la naissance est souffrance, la vieillesse est souffrance, la maladie est souffrance, la mort est souffrance, l'union avec ceux que l'on n'aime pas est souffrance, la séparation d'avec ceux que l'on aime est souffrance, ne pas obtenir ce que l'on désire est souffrance.

Voici en vérité, ô moines, la Noble Vérité sur l'origine de la souffrance. C'est la soif, qui fait revenir à l'existence, accompagnée de la passion du plaisir, qui trouve son plaisir ici et là, à savoir la soif des plaisirs des sens, la soif de l'existence, la soif de l'inexistence : la convoitise sous toutes ses formes.

Voici en vérité, ô moines, la Noble Vérité sur la cessation de la souffrance : c'est la cessation et le détachement absolu de cette soif, son rejet, son renoncement, sa libération : la fin de toute convoitise.

Voici en vérité, ô moines, la Noble Vérité du chemin qui mène à la cessation de la souffrance : c'est la sainte Voie octuple, à savoir l'opinion juste, la pensée juste, la parole juste, l'activité juste, les moyens d'existence justes, l'effort juste, l'attention juste, la concentration juste."


Enseignements du Bouddha

 
Remarques sur les traductions possible :
 
• Le mot sanskrit « Dukkha » signifie souffrance, et aussi  douleur, imperfection.
• Le mot « sammā » peut être traduit par juste ou encore parfait, correct.
• Les mots Noble Vérité sont souvent préférés à la place de Sainte Vérité pour éviter une connotation par trop religieuse en occident.