La méditation

Méditation samatha

 

 

« Méditation de la tranquillité »

 

« Le principe de base de la méditation shamatha est "ni trop tendu, ni trop relâché." Ceci est vrai pour tous les aspects de la pratique : trouver l'environnement adéquat, préparer son corps et son esprit à la méditation, maintenir sa posture, remarquer les pensées et les émotions ainsi que ramener son esprit sur sa respiration. Les instructions sont très claires et on devrait les suivre le plus précisément possible. La douceur est aussi de la partie, sinon la méditation devient un moyen de se mesurer à un idéal inatteignable. Il est important de ne pas s'attendre à la perfection ou de rester accroché aux plus petits points de détail de l'instruction. La pratique demande un effort régulier qui peut aussi être joyeux. »


Sakyong Mipham Rinpoché


Une fois assis sur votre coussin, commencez à respirer lentement et profondément. Détendez votre corps. Respirez jusque dans le ventre. Relâchez vos muscles et prenez conscience de votre corps, ici et maintenant.


Meditation

 
Une bonne respiration est très importante pendant la méditation. Inspirez calmement pour bien remplir vos poumons avant d’expirez doucement jusqu’a vider vos poumons. Si possible, marquez aussi une petite pause avant de prendre l’inspiration suivante. Mais si cela vous est difficile, ne le faites pas, contentez vous de respirer doucement et profondément. Ne faites jamais rien qui puisse perturber votre système respiratoire.

Pendant que vous respirez profondément, il est probable que des pensées vous envahissent et vous distraient : laissez-les passer. Si vous avez préparé un bougie, vous pouvez contemplez la flamme et Imaginez que cette flamme est comme un aspirateur qui enlève toutes les formes-pensées négative de votre esprit et les brûle ou les propulse dans le néant.

Vous ressentirez les bienfaits de la méditation dès les premiers jours. En devenant plus intime avec votre esprit, vous gagnerez en énergie, augmenterez votre confiance et aurez une vision plus lumineuse de votre vie.
 

« Habituellement, notre esprit turbulent saute d'une pensée à l'autre. On se rejoue le passé; on rêve sur le futur. Dans la méditation, on place notre esprit sur un objet et on le maintient là. Dans la méditation shamatha, l'objet est le simple acte de respirer. La respiration représente le fait d'être en vie et l'immédiateté du moment. »

« L'utilisation de la respiration comme objet de méditation est particulièrement bonne pour calmer un esprit affairé. Le flux régulier de la respiration apaise l'esprit et apporte la stabilité et la détente. Il s'agit d'une respiration normale, rien n'est exagéré. Une technique très simple consiste à compter les cycles d'inspiration et d'expiration de un à vingt-et-un. Nous inspirons, puis nous expirons : un. Inspiration et expiration : deux. Placez votre esprit sur la respiration et comptez chaque cycle. Vous pouvez laisser tomber le comptage lorsque votre esprit est stable. »

« Quand vous vous concentrez sur la respiration, vous pouvez remarquer que des pensées et des émotions variées surgissent. Lorsque cela arrive, prenez acte que vous pensez et replacez votre concentration sur la respiration. En vous concentrant, vous vous ramenez à l'attention. Vous vous recentrez dans votre esprit et vous placez cet esprit sur la respiration. Lentement vous vous stabilisez. Petit à petit, vous ralentissez l'esprit. Au début, lorsque vous faites cela, vous pouvez ressentir le mouvement des pensées comme une cascade grondante. Puis au fur et à mesure que vous appliquez la technique qui consiste à reconnaître les pensées et à replacer votre concentration sur la respiration, le torrent se ralentit, devient une rivière, ensuite un cours d'eau sinueux, qui finalement coule dans un océan profond et calme. »

« Pour que le mouvement de l'esprit se ralentisse ainsi, cela demande une longue pratique régulière. Une bonne pratique consiste à méditer dix minutes par jour, année après année. Avec les hauts et les bas, doucement nous nous familiarisons avec la stabilité naturelle, la force et la clarté de l'esprit. Il devient naturel d'y revenir. Nous lâchons prise de nos idées conceptuelles sur la méditation. Nous pouvons nous détendre et l'apprécier. Nous commençons à laisser cet état naturel de bonté fondamentale se diffuser dans notre vie entière. »


Sakyong Mipham Rinpoché

 

 

Faire Zazen

 

Cette façon de méditer est vraiment très proche du Zazen c'est pourquoi je complète cette page avec quelques conseils sonnés par le Maître Zen Taisen Deshimaru  

 

La respiration consciente

La pratique de la méditation se base sur un entraînement particulier de la respiration. Il s’agit de porter l’attention sur une expiration profonde qui pénètre jusque dans l’abdomen sous le nombril, vers cette zone que les Japonais appellent le « hara », et qui est non seulement le centre de gravité de l’être humain, mais aussi le siège du « ki », de l’énergie qui nous anime. Cette façon de respirer (inusitée en Occident, où nous respirons mal, de façon superficielle et du haut des poumons) se révèle être un puissant moyen de rééquilibrage psychosomatique. « La respiration consciente est comme un vent qui chasse nos nuages intérieurs », expliquait Deshimaru.
 

L'attitude de l'esprit

Assis en zazen, on laisse les images, les pensées, les formations mentales surgissant de l'inconscient passer comme nuages dans le ciel - sans s'y opposer, sans s'y accrocher. Comme les reflets dans un miroir, les émanations du subconscient passent, repassent et s'évanouissent. Et l'on arrive à l'inconscient profond, sans pensée, au-delà de toute pensée (hishiryo), vraie pureté. 
Cette attitude d'esprit découle naturellement d'une profonde concentration sur la posture et la respiration, permettant le contrôle de l'activité mentale.
 

Taisen Deshimaru

 
Cette forme de méditation est la base de toutes les autres formes de méditations, elle forge la capacité d’attention et de concentration sur l’instant présent. Petit à petit cette pratique devient de plus en plus facile et la capacité d’attention et de concentration de plus en plus forte pour finalement se prolonger ben au-delà des quelques minutes de la pratique de méditation et déborder sur toutes les actions de la vie de tous les jours, même dans les actions les plus simples. C’est l’apparition de la concentration juste !

Parce que la méditation ne se limite pas au temps passé dans la position du lotus, elle fait partie intégrante de la vie de tous les jours ! Lorsque votre esprit est parfaitement concentré sur un travail passionnant, un livre de grande qualité, une œuvre musicale remarquable, il fait alors abstraction des tracas du passé et de l’angoisse d’un futur incertain, de tous les bruits parasites et de toutes les gesticulations autour de vous, votre esprit n’est conscient que du moment présent !

Cela aussi est une forme de méditation.