LeBouddha

Conclusion

 

 
Les récits de la vie du Bouddha, perpétués par la tradition orale, ne seront rédigés que quelques centaines d'années après sa mort. Les écritures bouddhistes mélangent métaphysique et légendes concernant la vie du Bouddha. Certains épisodes, tel celui où il apaise un éléphant furieux que son cousin Devadatta aurait lâché sur lui pour le tuer et le remplacer à la tête de la communauté des moines, peuvent être acceptables pour le lecteur matérialiste, d'autres, tels ses conversations avec les dieux ou sa téléportation instantanée au Sri Lanka, ne le sont pas.
 
Il est aussi évident que certaine partie de la vie du Bouddha ont évoluées au fil des siècles pour « déifier » la personne de Bouddha.
 
Mais les grandes lignes de sa jeunesse représentent la vie idéalisée que pourrait avoir tout homme:

  • Une enfance heureuse ou ses parent le protégent et le traitent comme un petit prince.

  • Une adolescence rebelle et la découverte des rigueurs du monde extérieur au cocon familial.

  • La fondation de sa propre famille avec un enfant

La différence c’est que cela ne suffi pas â Bouddha, il veut trouver la Vérité et part â la quête de celle-ci en quittant sa maison et sa famille.

Les écritures bouddhistes qui évoquent la vie et le caractère de Bouddha, parlent toujours de:

  • Son éducation achevée et sa formation dans les domaines appropriés à un guerrier aristocrate, tels que les arts martiaux, la gestion des domaines agricoles, et la littérature, mais également une compréhension profonde des idées religieuses et philosophiques de sa culture et de son temps. Siddhârta Gautama était un homme sportif, compétent en arts martiaux tels que la lutte et le tir à l'arc, qui pouvait parcourir des kilomètres et camper dans la nature sauvage.

  • Son enseignant idéal, qui trouve toujours la métaphore appropriée, et qui adapte à la perfection son message à son auditoire, quel qu'il soit.

  • Son courage et sa sérénité en toutes circonstances, aussi bien lors d'une discussion religieuse, que face à un prince parricide, ou à un meurtrier. Il fait cependant preuve d'exaspération lorsque des moines déforment ses enseignement

  • Sa modération dans tous les appétits corporels. Il connaîtra le célibat de l'âge de vingt-neuf ans jusqu'à sa mort. Il sera également indifférent à la faim et aux rigueurs du climat.

Lorsque la contre-réforme hindouiste parviendra à éliminer le bouddhisme de la terre indienne, vers le XIIème siècle, les brahmanes parachèveront la reprise en main en faisant du Bouddha le dixième avatar de Vishnou.